Tout sur la luminothérapie

SANTÉ. Ils investissent de plus en plus les rayons beauté, forme et santé vous promettant une jeunesse et une vitalité (presque) éternelles, les produits utilisant la luminothérapie suscitent de plus en plus d’intérêt. Mais comment la lumière agit-elle sur notre corps et notre esprit ? Voici quelques éléments de réponse.

Comme son nom l’indique, la luminothérapie consiste à traiter par la lumière ressemblant à celle du jour certaines affections dues au manque, justement, de celle-ci dans la vie quotidienne. Il ne s’agit toutefois pas de n’importe quelle lumière, mais de celle dont le spectre lumineux est le plus proche de la luminosité émise par le soleil. On traite avec les troubles du cycle circadien de l’organisme ou le dérèglement de l’horloge biologique donc entre autres la dépression saisonnière. Il en est de même pour les troubles du sommeil, la fatigue chronique, etc…

Qu’est-ce que la luminothérapie ?

La luminothérapie est le fait d’exposer les yeux ou la rétine à une lumière dont l’intensité et le spectre sont proches de ceux de la lumière solaire. Grâce à cette caractéristique, la luminothérapie permet de réduire les problèmes relatifs au décalage horaire, notamment après les voyages de nuit en avion. En 1 ou 2 jours seulement, la luminothérapie arrive à remettre en phase avec l’horaire du pays hôte la personne, si plusieurs jours sont normalement requis pour cela.

La luminothérapie aide aussi à réduire les troubles relatifs à la dépression saisonnière, provoqués surtout par le manque de luminosité durant la journée, que ce soit à la maison ou au travail. Il en est de même pour les crises de boulimies, incitant le patient à manger plus de sucreries pour pallier le manque de sérotonine. Ce type de compulsions alimentaires apparait en effet au début de l’automne et perdure tout au long cette période et de l’hiver. En ingérant plus de sucre, l’augmentation du taux d’insuline dans le corps facilite le passage du tryptophane, le précurseur de la sérotonine.

Cette efficacité de la lumière à des fins thérapeutiques n’a été reconnue que vers 2005, après une vingtaine d’années durant laquelle on l’a mise en doute. Aussi, collèges, associations professionnelles de psychiatres américains se sont empressés de la plébisciter pour traiter la dépression saisonnière et les sommeils légers.

Comment fonctionne-t-elle ?

En exposant le patient à une lumière blanche artificielle d’intensité de 2 500 à 10 000 lux, la luminothérapie arrive à stimuler les régions de la base de son cerveau. Elle augmente en conséquence la production de la sérotonine qui agit à la fois comme un antidépresseur et un régulateur de l’appétit. Il faut toutefois le faire à 45 cm de distance durant une vingtaine ou une trentaine de minutes le matin. Généralement, la température de couleur de la lumière doit être de 4 000 K, la raison de plébisciter l’usage de lampe au mercure. Celle-ci n’émet ni UV ni infrarouge, ces ultra-violets étant très nocifs pour la peau et la cornée.

En stimulant par la lumière les cellules ganglionnaires de la rétine, l’appareil de luminothérapie arrive donc à freiner la transformation de la sérotonine, l’hormone de l’éveil, en mélatonine, quand se lève le jour. En effet, il faut savoir que la mélatonine, nommée hormone du sommeil est celle qui assure le plus la régulation des rythmes chrono biologiques, (produite durant la nuit). En stoppant sa sécrétion, la lumière favorise un éveil amélioré et un meilleur dynamisme du corps et de l’esprit. Si une personne souffre donc de dépression saisonnière, c’est le signe que son organisme contient un taux élevé de mélatonine, la raison pour laquelle elle se sent toujours fatiguée. En reprogrammant l’horloge biologique de son corps, la luminothérapie pallie ce problème et ne favorise la sécrétion normale de la mélatonine que durant la nuit uniquement.


Source : maluminotherapie.fr